Les articles de l'inbound recruiting

SOURCING RH : OÙ SE CACHENT LES TALENTS ?

Par Eric | 25 June 2016 | 0

Vous l’avez sans doute remarqué, les jobboards généralistes, utilisés par 87%* des recruteurs, ne suffisent plus pour trouver vos talents. Si la quantité est toujours au rendez-vous, on ne peut pas en dire autant de la qualité. Marchés tendus, compétences rares, où trouver les talents ? Il est temps d’être pro-actif, d’ouvrir de nouveaux canaux et d’organiser la fonction sourcing.

Jobboards : j’y vais ou j’y vais pas ?

Pendant longtemps, les jobboards généralistes (APEC, Monster, Cadremploi, RégionsJob) ont été incontournables et incontestés. Il faut reconnaître qu’ils ont fluidifié le marché de l’emploi et contribué à le rendre plus transparent. On leur doit la possibilité (nouvelle à l’époque) de faire des requêtes dans un pool immense de CV.

Mais, aujourd’hui, ils prennent une bonne claque, bousculés par de nouveaux acteurs, surfant sur des modes de communication et d’interaction différents. D’abord, les candidatures se font de plus en plus via mobile et cela remet en question la prééminence du sacro-saint CV, pierre angulaire du jobboard généraliste. Et puis, ces nouveaux acteurs ont des modèles économiques différents, participatifs ou low cost, bien moins couteux pour les recruteurs que les coûts fixes, déconnectés du résultat, des jobboards. Enfin, il y a les réseaux sociaux pros, visibles, attractifs, conçus pour la mise en relation et la gestion de carrière.

Faut-il, pour autant, complètement abandonner les jobboards ? Non. Ils restent le premier réflexe des candidats en général. Simplement, sur les profils pénuriques, il faut une stratégie de sourcing plus élaborée et multi-canal.

Les nouveaux canaux de sourcing

La panoplie du RH nouvelle génération s’est enrichie de nouveaux outils. Et notamment, de nouveaux jobboards :

  • Monkey Tie (monkey-tie.com) propose un recrutement axé sur l’affinité des valeurs. Il s’agit de « matcher » entreprise et candidat en tenant compte de la personnalité et des moteurs de motivation de ce dernier,
  • RemixJobs (http://remixjobs.com) et 404works (http://404works.com) sont des spécialistes, qui ciblent les profils informatiques, telecom, web et les freelances.

Mais les choses bougent aussi du côté des grandes écoles qui se dotent d’outils de gestion des profils et des carrières. A l’image de WATs4U (www.wats4u.com), site géré par 22 associations de diplômés de grandes écoles et véritable vivier de hauts profils.

Enfin, il faut surveiller attentivement les forums, moocs professionnels et autres hackathons. On peut y repérer les meilleurs contributeurs et avoir un aperçu de leur niveau de réflexion, dans un cadre collaboratif.

Recruter avec les réseaux sociaux

Le fameux social recruiting ! 60% des entreprises utilisent déjà les réseaux sociaux dans leur parcours de recrutement*, pour chasser ou pour faire des recoupements sur des candidats sélectionnés. Les deux principaux réseaux utilisés sont pros (Viadeo et LinkedIn).

Outre les requêtes sur les profils, ces plateformes contiennent une mine d’or : les groupes métiers et/ou sectoriels. Là aussi, il est facile d’y repérer les contributeurs réguliers et pertinents.

Et Facebook ? Pour l’instant, le recrutement via Facebook est assez marginal. S’agissant d’un réseau ludique, les internautes ne remplissent pas ou peu d’information sur leurs compétences, ce qui rend les recherches très aléatoires. Il y a aussi un questionnement éthique. Peut-on collecter des informations personnelles (voire intimes) sur des personnes, même si elles-mêmes les publient ?

Cependant, ces interrogations et ces freins devraient être balayés d’un revers de main dans un futur très proche. L’incroyable puissance de Facebook (30 millions d’utilisateurs en France dont 24 millions se connectent avec leur mobile), la présence croissante des marques (pages entreprises) et le mode de vie connecté des jeunes générations va nécessairement amener les recruteurs à revoir leurs pratiques. Pourquoi s’interdire de recruter là où sont les candidats ?

Aux Etats-Unis, où Facebook teste une fonctionnalité de recherche d’emploi, on estime que 18 millions d’américains auraient déjà trouvé un emploi via Facebook.

Aujourd’hui, le sourcing efficace est clairement multicanal et ceux qui ne prennent pas ce nouveau virage se préparent des jours difficiles. Il y a cependant un danger avec ces nouvelles pratiques, elles sont chronophages et l’on peut facilement s’y perdre.

D’où l’importance d’une méthodologie de sourcing à toute épreuve…

* Enquête RégionsJob 2015

Publié dans Sourcing

envelope-icon

Suivez nos bonnes pratiques sur le recrutement