slash-skull-wallpapers.jpg

Les articles de l'inbound recruiting

Pourquoi les slashers vont nous bousculer ?

Par Eric Locatelli | 08 August 2016 | 0

Depuis que Jules César a dit « le danger que l’on pressent, mais que l’on ne voit pas, est celui qui trouble le plus », j’ai pris l’habitude de sortir ma longue vue pour regarder ce qui s’approche de nous.

Et devinez ce que je vois ? Des travailleurs indépendants, des solos, freelances, freelancers, consultants, auto-entrepreneurs ou autres slashers. Même leur nom n’est pas vraiment arrêté !

Sous des apparences de phénomène anecdotique, désorganisé, à la bonhomie inoffensive, se cache en réalité un mouvement qui va nous secouer sur nos bases et pourrait bien nous faire passer pour de vieux ringards. Accrochez-vous, les slashers attaquent !

Les travailleurs indépendants transforment l’économie mondiale.

De tout temps, il y a eu des indépendants refusant le modèle classique employeur/employé, quitte à en payer chèrement le prix. Car les indés n’ont pas de sécurité de l’emploi, peu de droit à la formation et une protection sociale complexe.

Mais l’avènement d’internet et la crise économique que nous traversons ont donné au mouvement une ampleur imprévue. Aujourd’hui, aux Etats-Unis, un travailleur sur 3 est indépendant. Le nombre de freelancers y augmente 5 fois plus vite que le nombre de salariés.

En France, on estime qu’ils sont environ 2,8 millions. Des personnes qui disent non au salariat, à la rigidité des entreprises, au management indigent pour un fonctionnement plus agile et plus collaboratif.

Nous sommes concernés à deux niveaux. D’abord, ils peuvent être des concurrents. Favorisés par leur quasi absence de charges de structure, ils sont moins chers, plus réactifs et savent créer une relation de proximité voire de convivialité avec le client.

Mais surtout, bon nombre des talents que nous chassons se tournent vers le freelancing et n’ont alors plus qu’une idée : nous court-circuiter, rencontrer le client en direct et se vendre sans intermédiaire.

Maîtres du numérique

Si les indépendants sont à prendre au sérieux c’est parce qu’ils sont de véritables digital addicts. Ils savent se rendre visible sur les canaux numériques, trouver les ressources, se positionner sur les projets, activer un réseau, monter une équipe, démarrer une nouvelle activité… en deux clics. Ils ont dans leur ADN cette propension à s’allier à d’autres talents pour offrir des solutions créatives et personnalisées.

La tendance est scrutée de près par les prospectivistes qui tentent de penser le monde de demain. Pour certains (comme Jeremy Rifkin), l’entreprise du futur sera une coopérative d’indépendants.

Il ne faudrait quand même pas trop pousser mémé…

Prendre conscience du phénomène permet de s’organiser. Nous avons des atouts que les indés n’ont pas. Pour contrer cette nouvelle concurrence, nous pouvons investir. Dans des logiciels, de l’expertise métier, de l’accompagnement organisationnel, afin de raccourcir les délais clients sans nuire à notre rentabilité. Nous avons aussi nos équipes et la culture commune que nous nous attachons à créer, jour après jour.

Enfin, pour désamorcer la tendance au freelancing des talents, nous devons apprendre à mieux communiquer sur les atouts de l’entreprise. La nature des missions, le collectif, les valeurs, la solidarité. Tout cela doit être dit, dans le cadre de la marque employeur.

L’émergence des travailleurs indépendants a un bon côté, elle va nous obliger à nous transformer nous aussi en structure plus agiles, plus numériques, plus ouvertes. Notre survie en dépend.

Publié dans Inbound recruiting

envelope-icon

Suivez nos bonnes pratiques sur le recrutement